septembre 26, 2021

Quelles sont les difficultés pour recruter la bonne personne ?

Les entreprises rencontrent des difficultés pour recruter de nouvelles personnes d’après la récente étude menée par DARES. Selon cette dernière, 3 grandes problématiques en découlent: les candidatures reçues sont peu nombreuses, l’incompatibilité entre le profil des postulants et leurs attentes et les caractéristiques du poste à pourvoir (quotité de travail, rémunération etc.) qui ne correspondent pas. Décryptage !

Plusieurs difficultés conjuguées

17% des recrutements sont considérés comme difficiles par la DARES. Mais en réalité, dans la pratique, ce n’est pas du tout la même chose. Effectivement, dans la plus grande partie des recrutements jugés difficiles, les témoins attestent que 2 ou 3 raisons peuvent justifier ce cas extrêmement délicat. Un quart des recrutements complexes seulement n’est soumis qu’à un seul type de difficultés. 

Pourquoi est-ce difficile de trouver LA bonne personne ?

L’incompatibilité du profil du postulant vis-à-vis des attentes et des exigences du recruteur est la barrière qu’on rencontre le plus souvent dans le process de recrutement :

Au niveau du candidat 

Compétences techniques du candidat, nature et durée de l’expérience du prétendant, qualités personnelles du candidat, éloignement géographique, niveau de diplôme …

Au niveau du poste proposé 

Spécialité de la formation, technicité du poste, horaire et/ou temps de travail, difficulté liée à l’accès géographique, rémunération peu élevée …

Les difficultés relatives à une incompatibilité entre les conditions du poste proposé et/ou des candidats recherchés  sont visibles sur 8 recrutements difficiles sur 10. Cette incompatibilité est accordée dans la majorité des cas aux candidats qu’aux caractéristiques du poste (selon les recruteurs).

LIRE AUSSI : 7 choses à voir absolument si vous partez en vacances en Tunisie

Quand les candidats manquent à l’appel

Les difficultés qui concernent l’effectif des candidats et/ou des postes concurrentes sont mises en avant dans 7 recrutements difficiles sur 10. Le manque de candidatures revient souvent dans 60% des embauches dites difficiles. La concurrence d’autres firmes est évoquée dans 29% des cas. Les recrutements sur les postes les plus qualifiés font l’objet d’une concurrence notamment ceux qui concernent les cadres (50% contre 15% des embauches d’ouvriers non qualifiés).  Les branches d’étude, d’installation, de maintenance et de réparation sont surreprésentées. Leur technicité est très négociée et disputée car elle représente un élément rare. A ce titre, la concurrence qui vient d’autres employeurs demeure indissociable des conditions d’emplois à temps plein, en CDI et n’est pas souvent accompagnée d’incitations financières.

Le déficit d’image de l’entreprise, du secteur d’activité ou du métier

Trois recrutements difficiles sur dix  le sont à cause de motifs liés à la structure. Environ dans près d’un quart de ces cas, le recruteur met en avant des difficultés propres à la société : manque de ressources, manque de temps pour recruter… Dans plus d’un cas sur dix, le déficit d’image de l’entreprise, du métier ou du secteur d’activité a été avancé. Ce désagrément touche plus les domaines des transports ou de la restauration ainsi que de l’hôtellerie qui sont réputés difficiles.

Selon toujours la Dares, pour se confronter et remédier à ces difficultés, il est fortement recommandé d’intégrer trois types d’actions : une flexibilité par rapport aux exigences vis-à-vis des candidats, une amplification des recherches de candidats et des changements dans les caractéristiques du poste.